Économie Sociale et Solidaire: Vecteur d’inclusivité et de création d’emplois dans les pays partenaires méditerranéens?

Considérée comme une « autre voie » par rapport à l’économie de marché traditionnelle, l’économie sociale et solidaire (ESS) vise à favoriser l’employabilité et l’inclusivité. Le dernier rapport thematique du FEMISE,  et qui a recu du financement de la BEI sur « L’Économie Sociale et Solidaire: Vecteur d’inclusivité et de création d’emplois dans les pays partenaires méditerranéens? » suggère l’introduction d’un cadre réglementaire et d’une fiscalité incitative pour ce secteur prometteur dont le potentiel n’est pas suffisamment exploité.

Téléchargez le rapport (en pdf, 118 p, 2 GB, Français)

I. Pourquoi et en quoi l’ESS a une importance pour les PM ?

Dans les pays partenaires méditerranéens (PM), comme dans d’autres régions dans le monde, le mode de développement est mis en question par sa difficulté à créer des emplois, à faire partager les fruits de la croissance, à assurer une répartition « équitable » des progrès économiques, notamment à destination des jeunes, ou encore dans certains territoires.

Ainsi, émerge une autre voie que l’on rencontre sous le nom d’Economie Sociale et Soli- daire (ESS). Sans prétendre remédier à tous les disfonctionnements actuels, nous pensons au FEMISE que l’ESS peut devenir un élément important dans la politique de développement des PM. Le point de vue du FEMISE est que l’ESS permet de résoudre collectivement des impasses individuelles ou sociales. En ce sens, l’ESS présente des caractéristiques propres à devenir l’un des outils de l’innovation socio-économique ré- clamée dans les PM.

  • Premièrement, l’ESS permet d’inclure les groupes exclus, dans le processus économique. Elle peut, quand elle est appuyée par une politique publique adéquate, contribuer à la sécurité économique de toutes les tranches de la population et à leur autonomie.
  • Deuxièmement, la contribution de l’ESS peut être déterminante car elle est fondée sur le développement territorial et la proximité, en préconisant la participation de la communauté et en visant en priorité les impacts sociaux.
  • Troisièmement, l’ESS peut devenir une réponse au manque de diversification économique. On retrouve l’ESS sous plusieurs formes et dans tous les secteurs.
  • Quatrièmement, l’économie sociale et solidaire favorise l’agriculture locale et permet d’appréhender autrement le rapport de l’individu à la question alimentaire.
  • Cinquièmement son modèle et ses principes d’entreprise à lucrativité limitée signifient une faible exposition aux tractations des marchés financiers.
  • Sixièmement, l’ESS (via notamment le développement des mutuelles) offre une réponse à la question démographique et à la construction des solidarités intra et intergénérationnelles.
  • Enfin, le contenu des structures de l’économie sociale (assemblée, élection, participation) est une école de valeurs participatives, en participant à l’expression citoyenne organisée et donc à l’appropriation des règles institutionnelles correspondantes.

Toutefois, on ne peut préconiser un seul et unique modèle de l’ESS, universellement accepté et qui pourrait se « transposer » dans la région, un tel modèle n’existe pas à notre connaissance. Néanmoins, on trouve des exemples et des pratiques réussis dans des filières et des dispositifs, qui peuvent accompagner et financer des projets à haut impact social et de développement, qui méritent d’être considérés et appuyés par les acteurs nationaux et internationaux. Cependant, le développement de l’ESS est un processus long, ce qui signifie que la transformation du secteur ne peut se faire du jour au lendemain et nécessite une politique de long-terme.

L’objectif de ce rapport est double, il s’agit : i) d’une part de produire un état des lieux de l’ESS en Méditerranée et identifier le potentiel et les points de blocage actuels et ii) de proposer desactions envisageables pour développer le secteur en suggérant des pistes d’outils opérationnels qui pourraient être mis en place avec l’appui éven- tuel de bailleurs de fonds internationaux.

Ainsi, après une première partie introductive, l’étude présente le modèle actuel de l’ESS dans 3 pays (Maroc, Tunisie, Egypte), présentant les secteurs porteurs, modes de financement, cadre juridique et identifiant les principaux obstacles à son dévelop- pement. Puis, dans la dernière partie, sont présentées les actions envisageables pour soutenir et développer l’ESS dans les PM, les possibilités d’intervention et pratiques réussies qui pourraient être une source d’inspiration pour les PM

Téléchargez le résumé Executif (en pdf, Français)