Politiques méditerranéennes ?

Politiques méditerranéennes ?

Depuis une quinzaine d’année, la Méditerranée est devenue l’objet d’une multiplicité de « grandes politiques », c’est à dire de différents processus politiques internationaux visant à transformer l’espace méditerranéen à travers la mise en œuvre de ressources et d’actions communes aux partenaires de ces initiatives.

En savoir plus

La reconfiguration du processus de Barcelone

La Conférence euro-méditerranéenne de Barcelone en 1995 a été à l’origine du Processus euro-méditerranéen. Elle réunit alors les ministres des affaires étrangères de 27 pays, ceux des 15 Etats membres de l’Union Européenne et ceux de 12 Pays dits Partenaires Méditerranéens (Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie, Tunisie, Autorité Palestinienne, Turquie, Chypre et Malte). Ces représentants ont approuvé, à la fin de cette conférence, une Déclaration, connue sous le nom de Déclaration de Barcelone, dont les termes, plutôt ambitieux, définissaient 3 volets de coopération : politique – économique – social, culturel & humain. Une première étape vers une meilleure intégration de l’espace méditerranéen était donc amorcée.  De fait, la naissance de ce partenariat en 1995 correspondit en quelque sorte à la prise en considération de nouvelles donnes géopolitiques qui avaient alors redonné à la Méditerranée son rôle de carrefour.

En savoir plus

La politique de voisinage européenne en question

La Politique Européenne de Voisinage (PEV) a dans un premier temps été envisagé uniquement pour les pays de l’Est comme une alternative à l’adhésion, avant d’être étendu de manière unifiée aux pays situés au Sud de l’UE, dans une perspective de sécurisation de la stabilité et prospérité européenne. La Méditerranée est donc l’un des espaces géographiques au cœur de la PEV. Son objectif est de favoriser des réformes  politiques (en particulier concernant le renforcement de la démocratie et le respect des droits de l’homme) et d’approfondir l’intégration économique entre l’UE et ses voisins. D’abord basée sur des partenariats bilatéraux (Plan d’action, rapports par pays) et divers instruments de financement, elle évolue progressivement.

En savoir plus

L’Union pour la Méditerranée: relance du projet méditerranéen ?

En 2007, une initiative de la présidence française vient relancer le partenariat euro-méditerranéen à travers le projet d’Union pour la Méditerranée (UpM). Conçu dans un premier temps de manière indépendante, ce projet est finalement intégré au partenariat euro-méditerranéen dont il devient une nouvelle étape. Le pari est fait d’obtenir l’engagement des plus hauts représentants des Etats et institutions concernés pour lui donner un poids supplémentaire. L’Union pour la Méditerranée est officiellement lancée à Paris le 13 juillet 2008 au cours d’un sommet qui réunit pour la première fois les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 pays de l’UE et leurs homologues des Pays Partenaires Méditerranéens. Ce sommet donne lieu à l’approbation d’une déclaration commune instituant cette nouvelle initiative.

En savoir plus

Vers une macro-région méditerranéenne ?

En Juin 2009, la Commission approuve la Stratégie de l’Union Européenne pour la Région Baltique (EUSBR pour son acronyme en anglais). Ce document est la concrétisation d’une réflexion menée au cours des 10 dernières années, notamment au niveau européen, sur la gouvernance et le nouveau régionalisme. La Baltique est donc le premier espace européen à se doter d’une telle stratégie qui s’appuie sur le constat d’une interdépendance forte et de défis similaires à relever pour améliorer la protection de l’environnement et assurer un développement économique et social harmonieux de cette « macro-région ».

En savoir plus