Prospective méditerranéenne

La Méditerranée est une mosaïque de territoires, souffrant de faiblesses économiques et politiques. Plusieurs tentatives de « normalisation », économique, politique mais aussi sociétale et culturelle de la Méditerranée et plus particulièrement des pays du Sud, ont été réalisées par les puissances occidentales mais également par les grandes institutions internationales comme le FMI et la Banque Mondiale. Ces stratégies reposent ainsi sur un scénario de convergence des sociétés méditerranéennes, diagnostiquées en retard dans le contexte de la mondialisation, avec un certain nombre de « standards » reconnus explicitement ou implicitement comme des normes d’organisation de l’économie, de la société et du champ politique. Or l’évaluation de ces différentes initiatives, parmi lesquelles on compte le partenariat euro-méditerranéen ou le projet américain de « Grand Moyen-Orient » lancé après les attentats du 11 septembre 2001, aboutit le plus souvent à un constat de lenteur, voire d’échec, en tout cas d’incertitude pour l’avenir.

C’est en observant les changements et les incertitudes entourant l’espace méditerranéen, mais aussi ses tendances structurantes, que diverses études prospectives ont été réalisées, pour replacer la compréhension des évolutions de l’espace méditerranéen dans le contexte de la Méditerranée et de la mondialisation sur un horizon temporel de deux ou trois décennies. Ces études ont eu lieu dans le cadre du projet Interreg Stratmed, du Conseil International de la Ville de Marseille, de rapports sur les macro-régions ou les autoroutes de la mer.

En savoir plus

Compte-rendu : Kalypso Nicolaïdis aux mardis du MUCEM le 14 décembre 2010

Politologue, Kalypso Nicolaïdis a enseigné à Harvard, elle est actuellement professeur de relations internationales à l’Université d’Oxford, où elle a dirigé le Centre d’études européennes (Saint Anthony College). Elle est actuellement résidente à L’Institut méditerranéen de recherches avancées (Iméra) à Marseille.

Kalypso Nicolaïdis , a fait part de 3 idées-forces qui devraient, selon elle, être structurantes pour les relations entre Europe et Méditerranée à l’horizon 2030 et a fortiori, pour installer le MUCEM (Musée des Civilisations Euro-Méditerranéennes) dans ce paysage euroméditerranéen.

En savoir plus