L’État en Méditerranée, une analyse de Francis Ghilès

En Tunisie, en Égypte, au Yemen, au Barhein, en Libye, en Syrie, la vague de soulèvement populaire qui a déferlé sur les pays arabes s’est tout d’abord cristallisée sur les personnes des chefs d’États et hauts responsables politiques à la tête de ces pays. La question des institutions et de la refondation de l’État n’émerge que dans un second temps, une fois obtenu le départ des chefs honnis (Ben Ali, Moubarak, Khadafi, Saleh et peut-être demain El Assad…). Les réformes constitutionnelles initiées en Tunise, en Égypte mais aussi au Maroc posent ainsi la question de l’héritage des « régimes » renversés au cours des Printemps arabes. Autoritarisme, dictature, oligarchie, kleptocratie, les appellations à l’emporte pièce  ne manquent pas mais une analyse approfondie de la nature de ces États méditerranéens s’avère indispensable. C’est pourquoi nous sommes heureux de republier une analyse historique de la nature des régimes arabes réalisée en 2000 (11 ans déjà) par Francis Ghilès, journaliste, spécialiste du monde arabe notamment pour le Financial Times, et Senior Researcher au Centre d’Étude et de Documentation Internationale (CIDOB) de Barcelone.

L’analyse complète à télécharger.

Pour contacter l’auteur: fghiles(at)cidob.org