Compétitivité des territoires méditerranéens

La mondialisation est porteuse d’inégalités économiques et sociales, mais aussi territoriales, dans la mesure où les territoires bénéficient d’avantages compétitifs divergents. Cela entraîne des disparités pouvant aller jusqu’à des fractures territoriales porteuses de déséquilibres politiques et sociaux. La question de la compétitivité territoriale devient donc un enjeu clé et influe largement sur les politiques régionales de développement. Le territoire est en effet une échelle pertinente pour des solutions adaptées au défi de la mondialisation.

Un territoire compétitif est celui qui génère et attire de la valeur, tant en termes d’investissements que de ressources humaines. Les territoires se trouvent donc en concurrence les uns avec les autres pour attirer ces sources de compétitivité. Cependant, les facteurs traditionnels de la compétitivité que sont les ressources naturelles, la main d’œuvre et le capital perdent en importance au profit, dans les pays avancés au moins, des agglomérations d’activités, des avantages spécifiques créés par les entreprises, des synergies territoriales et des capacités de coopération, y compris avec l’extérieur. Un rapport de l’ESPON – European Observation Network for Territorial Development and Cohesion – met en évidence les nouveaux facteurs de la compétitivité des territoires en mettant l’accent sur l’innovation technologique, l’intégration des territoires locaux dans la dynamique de la mondialisation, la qualité (environnementale, des processus de production, de vie, des villes) et l’utilisation efficace des ressources.

De manière générale, on observe un accroissement des liens d’interdépendance entre les notions de compétitivité et collaboration / interaction des acteurs d’une part, et de compétitivité et environnement d’autre part. Le rôle des collectivités locales en tant que territoires est primordial dans la mesure où c’est cet échelon qui se trouve le plus à même d’actionner les leviers de la compétitivité. Les politiques établissant des regroupements d’entreprises et de centres de recherche au sein de clusters sont par exemple l’une de ces mesures. Les interactions entre les différents acteurs économiques du territoire peuvent ainsi créer des processus d’apprentissage cumulatifs qui accroissent les potentiels d’innovation et de compétitivité des territoires. À l’échelle du bassin méditerranéen, les enjeux sectoriels et territoriaux concernent des thématiques aussi larges que l’environnement, les transports, l’énergie, les migrations ou l’adaptation au changement climatique.