Vers une macro-région méditerranéenne ?

En Juin 2009, la Commission approuve la Stratégie de l’Union Européenne pour la Région Baltique (EUSBR pour son acronyme en anglais). Ce document est la concrétisation d’une réflexion menée au cours des 10 dernières années, notamment au niveau européen, sur la gouvernance et le nouveau régionalisme. La Baltique est donc le premier espace européen à se doter d’une telle stratégie qui s’appuie sur le constat d’une interdépendance forte et de défis similaires à relever pour améliorer la protection de l’environnement et assurer un développement économique et social harmonieux de cette « macro-région ». Cette stratégie doit faciliter la mise en œuvre de politiques et projets communs dans un cadre souple et adaptable en fonction des thématiques. Par ailleurs, elle doit surtout permettre une articulation et la coordination sur une base territoriale de l’ensemble des initiatives et politiques européennes qui la concernent (Politique environnementale, politique régionale, politique de voisinage, politiques sectorielles autour de la pêche, de l’agriculture, des affaires maritimes, etc.). Cette stratégie repose sur le principe des « Trois Non », qui peuvent se résumer par « aucune nouvelle législation, aucune nouvelle institution et aucun nouveau financement». Elle est par ailleurs coordonnée par la Commission Européenne sur la base d’un Plan d’Action qui s’articule autour de 15 priorités, chacune pilotée par un Etat membre, et d’actions transversales.

Alors que s’est engagée la période de renégociation de la politique régionale européenne, l’idée d’une stratégie macro-régionale méditerranéenne fait son chemin. Ce nouvel outil de coordination des politiques européennes semble en effet être adapté au contexte méditerranéen et notamment à la nécessité de répondre à des défis communs, d’articuler politique de voisinage et politique de développement régional et de repenser la gouvernance multi-niveaux et la subsidiarité. Elle pourrait également être à même de constituer une valeur ajoutée pour la zone méditerranéenne en facilitant une intégration « par touche » sur des thématiques précises, tout en améliorant et rapprochant les formes de coopération transfrontalière et transnationale existantes et en offrant aux ALR une scène où s’affirmer en Europe et à l’échelle mondiale.

Un certain nombre de difficultés et d’inconnues restent cependant à clarifier. Les réflexions en cours sur les stratégies macro-régionales ne bénéficient pas d’un recul suffisant pour en faire une évaluation. Si une macro région méditerranéenne devait voir le jour, il apparaît d’ores et déjà que des adaptations profondes du « modèle Baltique » seraient nécessaires pour définir une stratégie méditerranéenne cohérente avec les autres processus de coopération et susceptible d’être mise en œuvre dans les meilleures conditions.

Dans ce contexte, lors du dernier bureau politique de la Commission Interméditerranéenne de la CRPM, les participants ont voté une résolution visant à amorcer un travail de réflexion sur les formes que pourraient prendre une macro-région en Méditerranée. D’autres initiatives sont également en cours pour que les autorités locales et régionales puissent être force de proposition sur ce thème.

Pour en savoir plus :

Le site de la Commission Européenne

Towards an effective contribution of regional authorities to Euro-Mediterranean policies, à télécharger sur le site du projet MEDGOVERNANCE

Stocchiero, Andrea, Macro-regions, an old wine in a new bottle? A télécharger sur le site du CESPI

Dubois, Alexandre, Hedin, Sigrid, Schmitt, Peter and Sterling, José, “EU macro-regions and macro-regional strategies – A scoping study”,  à télécharger sur le site de Nordregio

What opportunities do territorial cooperation and the macro-regional strategies represent for cohesion policy after 2013, à télécharger sur le site de la CPMR

For a more active participation of territories in a new neighbourhood policies 2014-2020, à télécharger sur le site de la CRPM